Forum Astrologie gratuit

Forum Astrologie pour apprendre à lire une carte du ciel et plus.
 
AccueilForumPortailAujourd'huiRechercherClic Pour Nous RejoindreS'enregistrerConnexion
-55%
Le deal à ne pas rater :
GETGO Set 6 boules de pétanque acier chromé
17.99 € 39.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -30%
Nike Air Max Exosense SE
Voir le deal
87.47 €

Reseaux sociaux et verite I_icon11Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visiteReseaux sociaux et verite I_icon11Voir ses messagesReseaux sociaux et verite I_icon11Voir les messages sans réponses
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Reseaux sociaux et verite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

jeremy

jeremy

Reseaux sociaux et verite Profil11
Reseaux sociaux et verite Empty
MessageSujet: Reseaux sociaux et verite
Reseaux sociaux et verite I_icon_minipost_participateMar 28 Avr 2020 - 20:55

Extrait  Revue esprit 

https://esprit.presse.fr/article/aicha-liviana-messina/le-courage-de-l-erreur-42650


"Enfin, il faut ajouter que le pouvoir des réseaux sociaux consiste justement et paradoxalement à désactiver toute idée que la vérité se recherche, qu’elle se construit (vérité rationnelle) ou qu’elle aurait à être établie (vérité factuelle). Le mouvement #MeToo (ou un certain usage qui en est fait) est un exemple de la façon dont les réseaux sociaux ont réussi à imposer au pouvoir politique la nécessité de se rapporter à la vérité sans plus chercher à l’établir. La force et la nécessité politique (puisqu’il s’agit là de briser un silence endémique) de #MeToo (traduit au Chili par #YoTeCreo, « Je te crois ») se produisent dans cette injonction à croire en un récit sans plus être en devoir d’établir, voire de prouver des faits. Avec #MeToo, un paradoxe émerge des moyens de communication : plus la parole est médiatisée, moins on se sent en devoir de l’interpréter, de la comprendre, de la restituer à ses conditions d’énonciation, plus elle est immédiate.


Ainsi, tandis que les courants structuraliste et poststructuraliste de la philosophie voudraient nous affranchir de l’idée d’une vérité pure (et, en cela, métaphysique) en nous tournant vers les dispositifs ou les traces qui nous rapportent au fait que la vérité est toujours dérivée, construite, ce sont justement ces dispositifs qui, dans un but politique déterminé, appellent volontairement à nous tourner vers la vérité en sa pureté énonciative. Les réseaux sociaux agissent en ce sens comme un retour du religieux, d’un désir de pureté. Ils rendent possible une adhésion aux faits tels qu’ils sont énoncés et sans qu’on ait besoin de les établir. Tout se passe comme si, par la multiplication des médiations, les mots devaient se produire comme des faits bruts qui ne doivent être ni vérifiés ni reconstruits.


Cette promotion de l’immédiateté relève bien d’un paradoxe. D’un côté, elle coïncide avec une aspiration à la transparence qui pourrait constituer un danger pour la démocratie. Celle-ci a en effet besoin de zones ­d’opacité afin de produire des vérités multiples. Par les réseaux sociaux comme par la téléréalité, tout se dit ou tout se montre : ce qui est privé devient public, ce qui est intime devient collectif.


La transparence qui, en politique, est l’apanage des États fascistes, est ici obtenue par cet usage public d’une communication privée. Or, comme le montre bien Michaël Fœssel dans La Privation de l’intime, cet usage public de l’intime finit par nous priver de la force politique propre à l’intime qui tient justement à sa façon de résister à l’économie de la politique en général[4]. Ainsi, la dimension totalitaire de cette aspiration à la transparence ne tient pas tant à l’exhaustivité des informations publiées qu’à l’absence d’une sphère séparée. Par ailleurs, dans la transparence comme dans l’immédiateté, il n’y a plus de vérités à construire, il n’y a évidemment plus de temps pour réfléchir, et donc plus la nécessité de se construire, d’être un « soi ». L’éloge de la transparence, tout comme la production de vérités immédiates, finit par dissoudre le politique ainsi que l’éthique. Dès lors qu’on ne peut plus établir un réel partage entre le privé et le public, le soi singulier qui se produit dans des récits toujours à refaire n’est plus un soi en construction mais un soi d’exhibition qui acquiert ainsi une sorte de valeur sur le marché.


D’un autre côté, et paradoxalement, ce qui fait événement dans cette promotion de la vérité immédiate où les traces, les dispositifs qui rendent possible la construction d’une vérité ne comptent plus, ce n’est pas le fait tel quel, mais bien l’énoncé. Ce qui rend puissantes politiquement les fake news par exemple, ce n’est pas le mensonge par lui-même mais sa répétition, c’est-à-dire sa transformation en rumeur. Or, dans la mesure où une rumeur est impersonnelle, sans origine, sans auteur et sans fin, elle détruit de fond en comble les conditions de possibilité d’une parole revendiquée, et donc d’une société où l’on a à répondre de soi. Le pouvoir politique du mensonge ne tient donc pas seulement au sujet d’énonciation, qui serait mal intentionné, mais bien aussi à son mode de propagation et de réception. Transformée en rumeur, la fake news se propage. Exposés à la rumeur, nous ne pouvons que la répéter. La fake news est dans ce sens fabriquée par tous ; elle est colportée (à notre insu) à chaque fois qu’elle est visualisée ou partagée. Ainsi, et pour reprendre une idée de Levinas, c’est parce que nous ne parlons pas véritablement, parce que nous sommes parlés, parce que nous sommes « les signes muets des infra­structures anonymes[5] », que le mensonge se propage.


Là où tout se vaut et se donne de façon immédiate,
on n’a pas à se construire soi-même
ni à chercher à interpréter des faits.


Cette série de confusions – entre le médiat et l’immédiat et entre le privé et le public – a des conséquences éthiques, politiques, et épistémologiques. D’un côté, il est de plus en plus admis, au nom d’une nécessité politique (briser le silence de la violence sexuelle), que la vérité n’est pas à construire. D’un autre côté, l’idéologie de la transparence produit comme principe qu’on ne recherche pas la vérité : on la voit. Enfin, là où tout se vaut et se donne de façon immédiate, on n’a pas à se construire soi-même ni à chercher à interpréter des faits. Du point de vue épistémologique, nous sommes donc véritablement aux prises avec une nouvelle métaphysique de la vérité, c’est-à-dire d’une vérité qui n’est plus sujette à interprétation mais qui s’impose du dehors. Du point de vue politique, on voit émerger de nouvelles formes de totalitarisme où les individus se donnent complètement (et volontairement, avec une certaine délectation) au système qui les contrôle et dont ils semblent eux-mêmes avoir le contrôle en se posant à la fois comme voyeurs et comme sujets d’exhibition. Ainsi, l’absence d’une sphère séparée de la politique empêche aussi de se poser comme un sujet de résistance. Du point de vue éthique, dans la mesure où la parole est à la fois privée et publique, et donc ni privée ni publique, nous n’avons plus à en répondre, ni dans la sphère privée, ni dans la sphère politique. Les réseaux sociaux, qui sont aujourd’hui une force politique, possèdent une force qui est à la mesure de l’exemption de responsabilité qu’ils rendent possible"
Revenir en haut Aller en bas

remedios

remedios

Reseaux sociaux et verite Profil11
Reseaux sociaux et verite Empty
MessageSujet: Re: Reseaux sociaux et verite
Reseaux sociaux et verite I_icon_minipost_participateMar 28 Avr 2020 - 23:08

Comme a dit Frédéric Lordon, les débats ne se font pas à la télé, mais à l'intérieur de notre tête. Il n'y a pas à chercher de vérité en quoique ce soit autre part qu'en nous-mêmes, par conséquent, les réseaux sociaux ne sont qu'un symptôme d'une société où la parole publique est affaiblit par son manque de cohérence et de pertinence.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

Reseaux sociaux et verite Profil11
Reseaux sociaux et verite Empty
MessageSujet: Re: Reseaux sociaux et verite
Reseaux sociaux et verite I_icon_minipost_participateMer 29 Avr 2020 - 7:04

Je suis pas tellement d'accord Rémédios, les réseaux sociaux sont des algorithmes construits pour nourrir notre bulle, ils tuent le débat/dialogue intellectuel interne justement. Ces algorythmes ne vous présentent que des points de vue, des images qui correspondent à votre système de pensée, à vos croyances...ils vous enferment dans vos certitudes.
Depuis qu'ils ont pris le pouvoir (oui c'est un pouvoir), on a jamais eu autant de clivages sociétaux aussi francs, on perd de lien de solidarité parce qu'on est alors conditionné à ne reconnaître et n'admettre que celui qui nous ressemble en pensée. Y a qu'à voir ce qui se passe sur un groupe fb quand quelqu'un ose avoir une idée différente... aussitôt taxé "troll",insulté, signalé, éjecté. Décérébrage général, débat = 0

C'est une grande perte intellectuelle d'ouverture d'esprit, de capacité à comprendre, à découvrir le monde dans sa diversité, accepter les différences culturelles.
On appelle ça des bulles de philtre qui nous cloisonnent dans une bulle quasi individuelle et qui nous fait, si l'on y prend garde, défier de tout et de tous et nous rapproche de l’abîme sociale...

Il faut toujours garder à l'esprit que tout ce que l'on voit et lit sur ces réseaux nous sont proposé par un algorithme, une machine...il n'y rien de "social" la dedans.

Revenir en haut Aller en bas

Elheya

Elheya

Reseaux sociaux et verite Profil11
Reseaux sociaux et verite Empty
MessageSujet: Re: Reseaux sociaux et verite
Reseaux sociaux et verite I_icon_minipost_participateMer 29 Avr 2020 - 10:11

Oui et non alia... je fais partie de différents groupes dans Facebook où justement on bosse sur les "différences" parce que c'est dans l'air du temps, et on apprend beaucoup les uns des autres en remarquant les déclencheurs divers qui heurtent les "sentiments de vérité", on rigole pas mal.

J'ai toujours été attirée par les différences de cultures, une spécificité interne, qu'on peut corréler au Sagittaire dans les concepts astro, mais aussi à la conjonction Soleil/Mercure/Pluton qui cherche plus la racine essentielle de ce qui nous rassemble. Et puis les vases clos sont irrespirables pour moi...

Pour la vidéo c'est évident qu'il faut savoir poser les bonnes questions dans Google pour arriver à ce qu'on cherche.

Les bulles de filtres sont les systèmes de croyances apprises mais sortir de ce conditionnement qui parfois est assez dense n'est pas facile. C'est une démarche d'abord individuelle de prendre note et tester si nos "croyances" sont valides ou non. Elles sont utiles et provisoires au cours de la vie, mais évidemment si elles se cristallisent c'est l'enfermement psy.

La méditation est un bon outil en ce sens.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

Reseaux sociaux et verite Profil11
Reseaux sociaux et verite Empty
MessageSujet: Re: Reseaux sociaux et verite
Reseaux sociaux et verite I_icon_minipost_participateMer 29 Avr 2020 - 10:46

Je suis bien d'accord Elheya, simplement quel est le pourcentage d'utilisateurs qui ont cette démarche?...peu, très peu et je parle même pas de la jeune génération qui est née avec ça.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Reseaux sociaux et verite Profil11
Reseaux sociaux et verite Empty
MessageSujet: Re: Reseaux sociaux et verite
Reseaux sociaux et verite I_icon_minipost_participate

Revenir en haut Aller en bas
 

Reseaux sociaux et verite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers:  


Les News



" Et Si ! ... "

Le tout nouveau bouquin d'ARKANIA est
~News~
~Vidéos~
Reseaux sociaux et verite Pierre12 Reseaux sociaux et verite Notes-11
~Musique pour Relaxer~