Je suis le vent sur la mer, je suis la vague sur l’océan,
Je suis le grondement de l’éclair.
Je suis le taureau puissant, je suis le faucon de falaise,
Je suis la rosée dans le soleil
 
Je suis un arbre dans le ciel, le dragon devant les armées
Je suis le loup dans la forêt
Je suis le cygne blanc et brillant, le bélier aux cornes d’argent
Le saumon dans les eaux profondes
 
Je suis le cerf aux sept bois, je suis l’ours des cieux étoilés,
Le hibou du chêne solitaire
Je suis le serpent de l’amour, le corbeau paroles de prophètes,
Le sabot du bétail d’abondance.
 
Je suis aussi le chant du miel, la vallée profonde aux poissons
L’œil de la lune dans l’étang.
Je suis le sanglier des brumes, je suis la colline dans un homme
L’aile d’un vautour sur le rocher
 
Je suis la force des armes, je suis la lance des batailles,
Le fils des trois dieux de Danann.
Je suis le fruit des bois pluvieux, l’ombre du repos dans la clairière
L’oiseau dans les blés en prière.

Je forme la fumée, pour le feu sacré pour une tête.
Qui, si ce n’est moi, peut révéler les secrets du dolmen
de pierre Brute ?