Forum Astrologie gratuit

Forum Astrologie pour apprendre à lire une carte du ciel et plus.
 
AccueilForumPortailAujourd'huiFAQRechercherClic Pour Nous RejoindreS'enregistrerConnexion

Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visiteVoir ses messagesVoir les messages sans réponses
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Tempérament Nerveux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Hagakure


MessageSujet: Tempérament Nerveux
Lun 23 Nov 2015 - 23:42

Rappel du premier message :

André Barbault a écrit:
Froid

Le froid est le principe négatif opposé, analogue à la force d’inertie de la matière pesante et inerte, principe statique portant à l’immobilisation, à la contraction, à la retenue, à la réserve, à la paralysie des substances et des corps. S’il est contraire à l’expansion de la vie et à son évolution, il est du moins fixateur, condensateur et conservateur de la matière dans sa structure acquise. Cette propriété passive, diminutrice, tend à s’exprimer par la concentration(recroquevillement, repliement sur soi, resserrement, réduction, absorption, intériorisation, refoulement), par dépression (atonie, affaissement, alourdissement, soumission, abandon à l’état végétatif) ou par retrait en arrière (inhibition, frein, régression, inappétence, renoncement).

Sec

La sécheresse est un principe de rétraction de la substance, de resserrement, d’isolement, de réduction, de résistance et par suite de tension, de raidissement, de durcissement, de contrainte. Elle conduit au retrait sur soi des parties au détriment de leur cohésion; elle limite l’être par rapport à son milieu, dans un processus de fermeture, de self-défense, de refus, et en cela elle est un facteur d’inadaptation. Mais elle affirme la conscience du moi en accusant l’individualisation par séparatisme; elle est un facteur d’autonomie, d’amenuisement, de sélectivité, d’affinement, et,à l’extrême, de dématérialisation, de stérilité. Intensive, elle agit par saccades, cassures, ruptures, séparations et divisions; désagrégatrice, elle est la complexité même. Elle porte à l’excessif, aux extrêmes.

LA TERRE

Sec (isolement) et froid (retenue) . La Terre représente l’état solide, consistant, dense et fixe de la matière au terme d’une évolution après l’œuvre de combustion du Feu. C’est l’état par excellence de concentration, de condensation, de réduction, de dépouillement et, à la limite, de dématérialisation ; celui de la minéralisation, de la fossilisation, aboutissant à la structure plus ou moins géométrique des choses, à la conservation de leurs valeurs durables dans un corps autonome, résistant, délimité, isolé et fermé. Dans la dynamique des tempéraments, le Nerveux est un Bilieux éteint. L’association du Sec et du Froid est, à l’opposé de l’Air, contraire à la vie de la matière vivante, de l’instinct mais propice à la vie de l’esprit.

Physiologiquement, elle correspond autempérament nerveux marqué par la prédominance du système nerveux et des fonctions psychiques. Le régime dominant est celui d’une nature affinée, délicate ou chétive, qui vit en retrait du milieu ambiant et de la vie concrète, en affirmant sa vie mentale. Morphologie rétractée et atone.
Psychologiquement, il est, à l’opposé du prolixe et épidermique Sanguin, un sélectif, au monde fermé et profond ou complexe. Devant la vie instinctive et naturelle qui se retire, l’être s’organise intérieurement en utilisant les ressources de son intelligence ou en prenant le chemin du dépouillement, du détachement, de l’abstraction, de la dépersonnalisation. Sa vie psychique est riche, profonde et complexe.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Ven 8 Juil 2016 - 0:15

Tenebris, traannquillle ! lol
Tu t’intéresses à l'astro depuis peu de temps, tu progresses déjà bien, mais peut-être qu'il faut maintenant que tu digères un peu les informations, sans en ajouter de nouvelles.

Sur l'autre fil, je te disais que tu me paraissais vraiment Terre, mais tu avais répondu qu'elle n'était, pour toi, qu'une sous-dominante. Si tu dis maintenant que tu t'y retrouves à 300%, ce n'est plus une sous-dominante quoi. lol

Le truc c'est que si une personne a une Dominante Jupitérienne par exemple, on ne peut pas dire d'un côté Jupiter dominant et de l'autre qu'elle est Terre-Feu. Si c'est une Dominante*, c'est que cette personne est constituée d'un tempérament Sanguin, Air, d'une attitude extravertie, puisque Jupitérienne. De même, si on considère une Dominante Saturnienne, il est du même coup logique que cette personne réponde au tempérament Nerveux, Terre, introverti. Sinon, à quoi servirait-il d'utiliser les Dominantes planétaires pour ne pas s'en servir ensuite ??

* Dominante : trait général qui peut se visualiser au niveau du physique, de la morphologique, du tempérament, du caractère, de la destinée, etc, une signature globale.
Tu peux avoir une Dominante Jupitérienne et répondre aux critères énumérés ci-dessus, et, dans le même temps, avoir une composante Saturnienne qui se cantonne à la vie affective, intellectuelle, etc., qui se limite à un aspect de l'existence. Une signature partielle.

Je pense que tu devrais te concentrer sur les planètes dans un premier temps. Rien qu'avec elles, on peut déjà commencer à déduire des choses. Je comprends que tu puisses t'embrouiller, c'est pas simple. Wink

Tu peux tenter d'identifier leur nature, essayer de les combiner, de trouver des points communs ou des différences entre elles, etc., c'est la base essentielle pour progresser, je pense.

Quant aux triplicités, il faut visualiser un zodiaque saisonnier : printemps Humide, été Chaud, automne Sec, hiver Froid. Mais, il va sans dire que ce n'est pas parce que tu as une occupation d'une même saison que cela suffit à incliner le thème vers un tempérament. Ce n'est qu'un facteur contributif, qui vient accentuer une tendance. Ce qui prime ce sont vraiment les planètes ! Secondairement, les signes. Puis, à ce moment-là seulement, tu peux regarder l'occupation des saisons.

Il faut vraiment que tu procèdes par étapes. Pour un tempérament Nerveux :
1-) Est-ce que Saturne et/ou Mercure sont dominants ? ;
2-) les signes de Mercure - Vierge et Gémeaux - et les signes de Saturne -Capricorne et (en partie) Verseau - sont-ils valorisés ? ;
3) la triplicité d'automne est-elle occupée ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Ven 8 Juil 2016 - 12:05

Merci beaucoup Hakagure pour toutes ces informations..

Hakagure a écrit:
Tenebris, traannquillle ! lol
Tu t’intéresses à l'astro depuis peu de temps, tu progresses déjà bien, mais peut-être qu'il faut maintenant que tu digères un peu les informations, sans en ajouter de nouvelles.

C'est ce que je m'efforce de faire, mais il y a tellement de choses qui me semblent intéressantes..

Hakagure a écrit:
Sur l'autre fil, je te disais que tu me paraissais vraiment Terre, mais tu avais répondu qu'elle n'était, pour toi, qu'une sous-dominante. Si tu dis maintenant que tu t'y retrouves à 300%, ce n'est plus une sous-dominante quoi.

C'est parce qu'avant de m'intéresser aux tempéraments, je m'intéressais aux éléments, et je constate que les deux ne se valent pas toujours.. On associe le tempérament à un élément, mais rarement l'inverse sur de nombreuses lectures réalisées.. Les définitions n'ont plus le même sens à quelques mots près..

Mais comment fait-on lorsque l'on a plusieurs dominantes dans notre thème qui n'ont pas le même élément ?

Par exemple dans mon thème, Saturne Pluton Neptune sont dominants. Je rajoute bien Neptune , car maître de l'ascendant et hyper aspecté. Comment choisir quel élément domine entre deux ou trois planètes dominantes qui sont différentes ? De même, si on s'intéresse davantage aux signes, que tu évoques dans un second cas après les planètes, je me retrouve avec un stellium dont Soleil et le maître du signe, et un ascendant en eau.. De même pour les maisons..

Pour Pluton je ne sais pas si on peut le compter comme étant associé à un élément, et si oui lequel.. Puisque Pluton n'est (pour moi), par du tout équivalent à Mars , pourtant maître du Scorpion également.. Je vois Pluton comme étant une planète plus froide à l'inverse de Mars, et entre l'eau et la terre..
Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Dim 10 Juil 2016 - 15:37



Si tu regardes le schéma ci-dessus (qui se lit dans le sens inverse des aiguilles d'une montre), tu vois que certaines planètes possèdent des caractéristiques, non pas identiques, mais avec un tronc commun. En l’occurrence, Mars est Feu (Chaud-Sec, dans ce sens là, il est plus Chaud que Sec), le Soleil est Feu (Sec-Chaud), Uranus est Feu (plus Sec que Chaud), puis vient Pluton (pour lequel, comme tu l'as souligné, il est délicat de définir avec une certaine précision sa note tempéramentale, certains l'imaginent Eau-Feu, d'autres Feu-Terre). Si tu continues, tu vois Mercure (Sec-Froid) et Saturne (Froid et Sec) dans la partie Terre.

Là, tu peux déjà comprendre que toutes ces planètes de Feu et de Terre ont un dénominateur commun : le Sec. Elles sont dites planètes "masculines".

Que se passe-t-il quand une personne possède un thème à dominante (et/ou excès) de Sec ? :
André Barbault a écrit:
Sec

La sécheresse est un principe de rétraction de la substance, de resserrement, d’isolement, de réduction, de résistance et par suite de tension, de raidissement, de durcissement, de contrainte. Elle conduit au retrait sur soi des parties au détriment de leur cohésion; elle limite l’être par rapport à son milieu, dans un processus de fermeture, de self-défense, de refus, et en cela elle est un facteur d’inadaptation. Mais elle affirme la conscience du moi en accusant l’individualisation par séparatisme; elle est un facteur d’autonomie, d’amenuisement, de sélectivité, d’affinement, et,à l’extrême, de dématérialisation, de stérilité. Intensive, elle agit par saccades, cassures, ruptures, séparations et divisions; désagrégatrice, elle est la complexité même. Elle porte à l’excessif, aux extrêmes.

Pour t'exercer à appréhender le Sec, tu peux visualiser les thèmes de Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, Louis de Funès, Adolf Hitler, Richard Wagner, etc.

Quand ce Sec s'accompagne du Froid, il donne la Terre. Tu peux déjà regarder les thèmes postés de La Rochefoucault, d'Arthur Schopenhauer et Alain Juppé. Woody Allen, Stéphane Mallarmé, Paul Cézanne, Elisabeth 1re d'Angleterre comme autres exemples.

Quand ce Sec s'accompagne du Chaud, il donne le Feu. Le Feu, c'est Frédéric Nietzsche : "Je suis de la dynamite, la plus dangereuse qui soit". C'est Vincent Van Gogh, qui sent en lui "un feu qu'il ne peut éteindre". C'est Sainte-Thérèse d'Avila : "J’apercevais près de moi un ange ; à son visage enflammé on reconnaissait un de ces esprits d’une très haute hiérarchie qui ne sont que flamme et amour. Je voyais dans les mains de cet ange un long dard qui était d’or et dont la pointe de fer avait à l’extrémité un peu de feu. De temps en temps, il le plongeait au travers de mon cœur et l’enfonçait jusqu’aux entrailles ; en le retirant il semblait me les emporter avec ce dard et me laissait toute embrasée d’amour de Dieu. Cet indicible martyre me faisait goûter les plus suaves délices."

Tu peux aussi découper le cercle en partant de Mercure jusqu'à Neptune (Vénus). Là, tu as le Froid en commun.
André Barbault a écrit:
Le froid est le principe négatif opposé, analogue à la force d’inertie de la matière pesante et inerte, principe statique portant à l’immobilisation, à la contraction, à la retenue, à la réserve, à la paralysie des substances et des corps. S’il est contraire à l’expansion de la vie et à son évolution, il est du moins fixateur, condensateur et conservateur de la matière dans sa structure acquise. Cette propriété passive, diminutrice, tend à s’exprimer par la concentration (recroquevillement, repliement sur soi, resserrement, réduction, absorption, intériorisation, refoulement), par dépression (atonie, affaissement, alourdissement, soumission, abandon à l’état végétatif) ou par retrait en arrière (inhibition, frein, régression, inappétence, renoncement).

Tu peux visualiser le thème de Marcel Proust à la conjonction Neptune-Lune à l'Ascendant, Saturne culminant sur fond d'un amas Cancer-IV : dénominateur commun, le Froid. Rembrandt, Léonard de Vinci, Francesco de Goya, etc.

C'est en procédant par recoupements, par groupements, qu'on pourra noter des facteurs communs. La classification d'Hippocrate (Tempéraments) est une grille de lecture, mais pas la seule. Je ne veux pas te surcharger l'esprit mais il y a par exemple la caractérologie de Le Senne (Émotivité, Activité, Retentissement, etc.), la typologie Freudienne (oralité, analité, etc.) et Jungienne (Sensation, Intuition, etc.), le système R.E.T de l'Astrologie conditionaliste, etc. Wink
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Dim 10 Juil 2016 - 16:03

C'est vraiment plus compliqué que ça en a l'air.. Ou alors je suis débile et j'ai un peu de mal à comprendre.. Dans tous les cas, je suis bien "Nerveux" et contre toute attente, "Terre".. Après Terre sec ou froid.. Je ne sais pas.. De toutes façons Saturne comme Pluton niveau tempérament, c'est un peu la même chose, je trouve.. Au pire, on ne peut pas être sec et froid en même temps ?
Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Dim 10 Juil 2016 - 16:10

Tenebris, dans ton cas, je t'avais déjà donné mon opinion :
Hagakure a écrit:
Tenebris a écrit:
l'élément eau domine dans mon thème..
Il me semble que la dominante est d'abord Terre avec ta dominante Saturnienne.
Et ce que tu exprimes ou laisses transparaitre me semble bien Terre : une nature nerveuse, plus spectateur qu'acteur de la vie concrète, avec une faiblesse organique au profit d'une richesse de la vie psychique. Aussi une certaine forme d'ascétisme, une volonté de perfection (et de perfectionnement), une sorte de frustration entre une envie de partager et un resserrement sur soi. Entre désir et force d'inertie : une personne qui veut et qui a beaucoup à offrir mais qui ne sait tout simplement pas comment s'y prendre. bouquet

Terre à tendance Froide : Le Froid Saturne à l'Ascendant dans le signe Froid des Poissons, au sesqui-carré de Mercure et au semi-carré d'Uranus-Capricorne sur fond de quarte automnale. Ce Saturne au sextile de l'amas Scorpion est un analogue de la Vierge, en retenant et disciplinant le signe.

Tenebris a écrit:
.. Au pire, on ne peut pas être sec et froid en même temps ?
Ben si, le Sec et le Froid donne la Terre.


Dernière édition par Hagakure le Dim 10 Juil 2016 - 16:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Dim 10 Juil 2016 - 16:25

Alors dans ce cas, je me considère aussi bien sec que froid. Le Scorpion est vraiment le seul signe du zodiaque à remettre autant de choses en question dans tout et porter à confusion.. Même dans l'astrologie, il est chiant. débile
Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Jeu 22 Déc 2016 - 11:57

Woody Allen


"Natasha, aimer, c’est souffrir. Pour éviter la souffrance, on ne doit pas aimer. Mais alors, on souffre de ne pas aimer. Donc, aimer c’est souffrir, ne pas aimer c’est souffrir, souffrir c’est souffrir. Être heureux, c’est aimer, donc être heureux c’est souffrir, mais souffrir nous rend malheureux, donc pour être malheureux on doit aimer, ou aimer pour souffrir, ou souffrir de trop de bonheur. J’espère que tu conçois tout ça." (Guerre et Amour, 1975)

"Je ne suis pas nihiliste, pas cynique, simplement réaliste. On vit dans un camp d’extermination. On est sur terre pour une courte période, sans garantie que quelque chose de positif va arriver. Ni l’art ni la famille ne vous sauvent. Vous accumulez des tableaux, des symphonies. Vous vieillissez, tombez malade et mourez sans avoir jamais compris ce que vous faisiez sur cette fichue planète. Le seul soulagement, c’est que la fin est la même pour tout le monde ! Il n’y a que jouer de la clarinette qui m’enlève un peu de mon anxiété. Je ne suis pas très bon mais je sais qu’on m’écoute parce que je suis connu. Je ne me fais aucune illusion."

"J'ai des questions à toutes vos réponses."

"- Vous vous faites analyser ?
- Oh, depuis quinze ans seulement. Encore un an, et après j'essaie Lourdes."

"La plupart du temps, je ne rigole pas beaucoup. Et le reste du temps je ne rigole pas du tout."

"Pour l'homme qui pense, la mort n'est pas une fin mais un commencement."

"Son sang se figea dans ses veines : une immense ombre menaçante se découpait dans le couloir. Son coeur se mit à battre la chamade. Elle voulut hurler. Puis elle comprit que cette ombre était la sienne. Elle décida de se mettre au régime et appela les autorités."

"Quoi ? Dites-moi quoi ! A refaire, je referais les mêmes erreurs. Je n’ai pas gagné en sagesse, je ne me suis pas adouci. Je me pose toujours les mêmes questions auxquelles je ne trouve pas de réponses : pourquoi suis-je sur cette terre ? Ni le succès ni l’échec ne changent quelque chose à votre vie ! Ça ne vous empêchera jamais d’avoir mal aux dents !"

"Je crois que ma consomption empire. Mon asthme aussi. J'étouffe à en défaillir. Ma chambre ruisselle d'humidité, j'ai des frissons continuels et des palpitations cardiaques. J'ai également remarqué que je n'avais plus de serviettes propres. Jusqu'où cela ira-t-il?"

"Le doute me ronge. Et si tout n’était qu’illusion ? Si rien n’existait ? Dans ce cas, j’aurais payé ma moquette beaucoup trop cher."

"A chaque fois que j'écoute du Wagner, j'ai envie d' envahir la Pologne."

"- Vous êtes un amant merveilleux...
- C'est que je me suis beaucoup entraîné en solitaire..."

"L'homme est constitué de deux parties, son esprit et son corps. Mais son corps s' amuse beaucoup plus..."

"Les honnêtes gens dorment beaucoup mieux que les vauriens. Bien sûr, les vauriens s' amusent beaucoup plus pendant la journée que les honnêtes gens."

"J’aimerais terminer sur un message d’espoir, mais je n’en ai pas. Est-ce que deux messages de désespoir vous iraient ?"

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Jeu 22 Déc 2016 - 17:30

Merci pour ce thème illustration.
Je ne l'avais jamais regardé, très intéressant.
Si l'on inclus les angles : 6 opposition et 13 carré.
Il y a du réglage évolutif, et quelques citations croustillantes (normal pour un nerveux). sourire
Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Ven 30 Déc 2016 - 16:24

Élisabeth de Wittelsbach, "Sissi"


"Qu’importent les sceptres, les couronnes et les manteaux de pourpre ! Ce ne sont que des haillons dérisoires, des hochets ridicules [ ... ] Je sais que je marche vers un but effrayant qui m’est assigné par le Destin [...] La vie m’est supplice, un enfer [...] Ah ! qui m’en délivrera ?"

"Je me suis réveillée dans une prison
Les mains chargées de chaînes,
Et ma nostalgie s'accroît toujours :
Et toi, liberté ! Tu me fus ravie."

"Aux âmes du futur

Je chemine solitaire su cette terre,
Depuis longtemps détachée du plaisir, de la vie;
Nul compagnon ne partage le secret de mon coeur,
jamais aucune âme n'a su me comprendre

Je fuis le monde et toutes ses joies,
Je suis bien loin aujourd'hui des humains;
Leur bonheur et leur peine me restent étrangers;
Je chemine solitaire, comme sur une autre planète.

Et mon âme est pleine à éclater,
Les songes muet ne lui suffisent plus ;
Ce qui l'émeut, elle doit le mettre en chants
Et ce sont eux que je couche dans ce livre.

Lui, il les gardera fidèlement et à jamais
Des âmes qui aujourd'hui ne les comprennent pas,
Jusqu'à ce qu'un jour, après de longues années agitées,
Ces chants renaissent et refleurissent.

Oh, puissent-ils alors, comme voulait le maître,
Vous consoler, vous qui pleurez et gémissez
Pour ceux qui tombèrent au combat de la liberté,
Pour ceux dont la tête porte la couronne du martyre !

Ô vous, chères âmes de ces temps lointains,
Auxquelles s'adresse aujourd'hui mon âme,
Bien souvent elle vous accompagnera,
Et vous la ferez vivre grâce à mes poèmes."

"Et si un jour je dois mourir,
Alors couchez-moi sur la plage,
Que mon dernier regard
Soit tourné vers ma mer chérie.

J’entendrais une dernière fois
Le murmure aimé des vagues,
L’appel plein de nostalgie
Du fiancé à la fiancée.

Et au plus profond de la mer
Laissez-moi alors m’enfoncer ;
La tempête pourra hurler là-haut,
Tout en bas, ce sera le repos."

"RÊVE DANS LA VALLÉE ENCHANTÉE

J'ai rêvé cette nuit que tu étais mort;
Et mon coeur était douloureusement ému.
Est-ce que je n'aurais pas détruit naguère ta joie de vivre?
Voici ce que je me demandai avec reproche et agitation.

Je te voyais gisant livide et muet
Et je fus remplie d'une peine indicible;
Désespérée, je cherchai sur les traits
L'amour qui à jamais s'était évanoui pour moi.

Alors je m'éveillai et demeurai longtemps pensive,
Ne sachant si c'était rêve ou réalité;
Dans mon coeur se débattait encore le serpent du remords
Et mon âme était emplie d'amertume.

Mais non! Tu vis, tu pourrais aussi pardonner;
Peut-être me reprendrais-tu contre ton coeur.
Mais ce qui me rend si misérable, c'est justement
Que mon coeur est pétrifié et mort pour un tel bonheur."
Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Dim 21 Mai 2017 - 16:13

Charles Baudelaire :



"Lecteur paisible et bucolique,
Sobre et naïf homme de bien,
Jette ce livre saturnien,
Orgiaque et mélancolique."

"Un tempérament moitié nerveux, moitié bilieux, tel
est le plus favorable aux évolutions d'une pareille ivresse."

"Tout enfant, j'ai senti dans mon coeur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie. C'est bien le fait d'un paresseux nerveux."

"Quel est l'homme nerveux qui ne connaît pas ce sommeil de chien, comme dit la langue anglaise dans son elliptique énergie ? Car les douleurs morales produisent des effets analogues à
ceux des souffrances physiques, telles que la faim. On s'entend soi-même gémir; on est quelquefois réveillé par sa propre voix; l'estomac va se creusant sans cesse et se contractant comme une éponge opprimée par une main vigoureuse ; le diaphragme se rétrécit et se soulève ; la respiration manque, et l'angoisse va toujours croissant jusqu'à ce que, trouvant un remède dans l'intensité même
de la douleur, la nature humaine fasse explosion dans un grand cri et dans un bondissement de tout le corps qui amène enfin une violente délivrance."


https://archive-ouverte.unige.ch/unige:12051/ATTACHMENT01 a écrit:
"La moitié nerveuse du tempérament est à son tour visible dans l’écriture « petite, hachée, et dont tous les élans retombent ». Le tempérament de Baudelaire est aussi celui d’un cérébral (cf. Jung), mais d’un cérébral qui garde une relation étroite avec le bilieux et avec le nerveux.

Quant au caractère de Baudelaire, il est celui d’un mélancolique typique, d’un saturnien à vie intérieure intense, à sensibilité inquiète et tourmentée, écrasé par un très fort sentiment de solitude, en proie à une perpétuelle hantise de la mort."

Message poétique du symbolisme, Guy Michaud a écrit:
"Or ce qui marque Baudelaire, beaucoup plus encore que tout le reste, c'est une tendance profonde à l'égocentrisme et à l'introversion. En d'autres termes, Baudelaire, comme il l'avait fort bien compris lui-même, est un Saturnien. Non seulement il en a la mimique : bouche pincée, nez aux ailes recroquevillées, tempes creusées, yeux enclavés dans l’orbite ; mais il en a aussi les traits psychologiques : vie intérieure intense, sensibilité inquiète et tourmentée, puissance de réflexion et de concentration, "goût de la métaphysique" et des spéculations abstraites, et surtout ce "sentiment de solitude" et ces "lourdes mélancolies" qu’il éprouvait dès l’enfance. C'est là incontestablement cette "tendance maîtresse" dont parle Corman et qui seule permet de "subordonner les détails à l'ensemble" et de donner à l'individu un portrait synthétique et vivant. Relèvent évidemment de ce « saturnisme » des thèmes comme le spleen, la hantise de la mort et la prédominance du noir qui marque sa poésie."

Saturne-Soleil en VIII :
"Saturne tend constamment à éteindre ce feu Solaire [...]. On comprend mieux par exemple des épithètes comme le "soleil central", ou ces innombrables soleils couchants et voilés que l'on relève dans les Fleurs du Mal, et ce soleil dans chaleur, froid et terne, automnal ou hivernal, oblique ou moribond, ce soleil de glace, tantôt couvert d'un crêpe, tantôt emmitouflé d'ombre, mais toujours en deuil."

"[...] les images de la terre, obsédantes elles aussi chez Baudelaire, d'une terre presque toujours desséchée, minérale, d'un monde souterrain où le poète se sent emprisonné."

André Barbault a écrit:
"C'est en un itinéraire en dents de scie et à courtes inspirations que ce saturnien distille les stalactites de son suc poétique, la totalité de sa création ne dépassant pas un ouvrage de quelque 700 pages. Sa poésie est la plus concentrée qui soit, les mots s'y condensant, s'y déposant comme des gemmes. Le génie baudelairien est essentiellement lapidaire, tout dans une cristallisation de diamantaire."

Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Ven 9 Mar 2018 - 14:59

André Comte-Sponville :



"J’étais un enfant grave, plutôt mélancolique et anxieux. Je me suis découvert peu doué pour la vie, peu porté au bonheur, davantage doué pour l’angoisse, la mélancolie : raison pour laquelle j’ai besoin de philosopher."

"La philosophie n'a pas à nous satisfaire. Il s'agit de penser ce qu'il parait vrai, non ce qui fait plaisir ou qui rassure."

"Je n'ai pas une assez haute idée de l'humanité en général et de moi-même en particulier pour imaginer qu'un Dieu ait pu nous créer. Cela ferait une bien grande cause, pour un si petit effet ! Trop de médiocrité partout, trop de bassesse, trop de misère, comme dit Pascal, et trop peu de grandeur."

"La simple connaissance de soi, comme l’a vue Bergson, pousse à plaindre ou à mépriser l’homme, davantage qu’à l’admirer. Trop d’égoïsme, de vanité, de peur. Trop peu de courage et de générosité. Trop d’amour propre, trop peu d’amour. L’humanité fait une création tellement dérisoire. Comment un Dieu aurait-il pu vouloir cela ? Il y a du narcissisme dans la religion, dans toute religion (si Dieu m’a créé, c’est que j’en valais la peine!), et c’est une raison d’être athée : croire en Dieu, ce serait un péché d’orgueil."

"La vraie question est de savoir s'il faut cesser d'aimer quand on cesse d'être amoureux (auquel cas on ne peut guère qu'aller de passion en passion, avec de longs déserts d'ennui entre deux), ou bien s'il faut aimer autrement, et mieux."

"Faute d’être vertueux, nous faisons semblant, et c’est ce qu’on appelle la politesse. Faute de savoir aimer nous faisons semblant, et c’est ce qu’on appelle la morale."

"La violence des enfants n'est pas une aberration, une monstruosité, une exception. Elle est la règle de la nature, de la vie, de la pulsion, dont on ne sort que par une autre règle, qui est de douceur et de respect. Mais celle-ci n'est jamais donnée à la naissance. C'est culture contre nature: civilisation contre barbarie."

"Être humble, c’est aimer la vérité plus que soi."

"A quoi bon, alors, un traité des vertus ? A ceci peut-être : essayer de comprendre ce que nous devrions faire, ou être, ou vivre, et mesurer par-là, au moins intellectuellement, le chemin qui nous en sépare."

"Pour dire la chose très simplement, cette sagesse du désespoir que j'évoque, ce "gai désespoir", consiste en une démarche très simple : il s'agit d'espérer un peu moins, et d'aimer un peu plus."

"Si la philosophie ne nous aide pas à être heureux, ou à être moins malheureux, à quoi bon la philosophie ?"

"Si le philosophe a le choix entre une vérité et un bonheur, il n'est philosophe, ou digne de l'être qu'en tant qu'il choisit la vérité. Mieux vaut une vraie tristesse qu'une fausse joie."

"On a pu écrire que les hommes sont prêts à tout pour faire l'amour, y compris à aimer. Et que les femmes sont prêtes à tout pour aimer et être aimées, y compris à faire l'amour.
Formule outrancière, cela va de soi, mais qui n'est peut-être pas sans une part de vérité."

"On ne s’entretue que pour ce qu’on ignore ou qu’on est incapable de prouver."

"Pascal a génialement résumé l'essentiel : "Ainsi si nous ne vivons jamais, nous espérons de vivre"; si bien que " nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais"."

"Il faut commencer par le plus sombre, chercher "le vide, et le noir, et le nu", et dégager progressivement la lumière. Car la nuit est première. On n'aurait pas besoin autrement de penser. Il faut commencer par le désespoir."

"L'écriture comme la pensée est solitaire absolument. Et semblables en cela toutes deux à la mort."

"Schopenhauer résume l'essentiel en une phrase, qui est à mes yeux la plus triste de toute l'histoire de la philosophie.
La voici: "Toute notre vie oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l'ennui."
Souffrance quand je désire ce que je n'ai pas, parce que je souffre de ce manque; ennui parce que j'ai ce que dès lors je ne désire plus.
Souffrance de l'agrégatif, ennui de l'agrégé. Souffrance du chômeur, ennui du salarié. Souffrance du chagrin d'amour, ennui du couple."

"Le secret, c'est qu'il n'y a pas de secret. Nous sommes des petits enfants égoïstes et malheureux, pleins de peur et de colère."

"Le suicidaire ne meurt pas davantage que les autres, et pas plut tôt que beaucoup. Il meurt différemment, certes, puisqu'il meurt volontairement. C'est pourquoi aussi, parfois, il meurt mieux."

"La vie est décevante, toujours, et on n'échappe à la déception qu'en échappant à l'espérance. Toute espérance est déçue, toujours. Souvent, c'est parce qu'elle n'est pas satisfaite, et chacun en connaît le goût, qui est de frustration. Mais il arrive aussi qu'une espérance soit déçue parce qu'elle a été satisfaite et qu'il faut bien constater que sa satisfaction échoue à nous donner le bonheur que nous en attendions."

"Nous n'avons de bonheur que dans ces moments de grâce où nous n'espérons rien, nous n'avons de bonheur qu'à proportion du désespoir que nous sommes capables de supporter. Le bonheur reste le but et cela veut dire que nous ne l'atteindrons qu'à la condition d'y renoncer."

"La philosophie est une aube toujours recommencée de la pensée qui ne cesse de se lever-lueur pâle de la raison!-du fond de nos crépuscules."

"'Ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste'. La formule qui est de Pascal, dit assez que la politique n'est pas une morale appliquée, mais le prix à payer, pour les peuples, de l'immoralité de chacun et de tous."

"J’ai trouvé la philosophie beaucoup plus intéressante que la littérature, et sans doute plus conforme à mes dons éventuels : j’ai toujours manqué d’imagination et, avec le temps, j’ai de moins en moins de goût pour la fiction."

"Surtout, ce que j’écrivais en littérature était d’une infinie tristesse, tandis que ce que j’écrivais en philosophie était plutôt tonique. Je suis allé du côté où il y avait de la lumière."

"J'éprouvais une certaine solitude ! Penser avec les stoïciens ou les épicuriens, cela paraissait très archaïque à une époque qui ne jurait que par l’esprit d’avant-garde. Mais ces textes me passionnaient. Je sentais que si je parvenais à en parler avec clarté, cela ne pourrait qu’intéresser. On se désolait de la disparition des repères, et j’étais convaincu du contraire : nous avions à notre disposition vingt-cinq siècles de philosophie, avec des sommets incomparables, comme l’Éthique à Nicomaque d’Aristote ou l’Éthique de Spinoza."

"Le capitalisme ne fonctionne pas à la vertu : il fonctionne à l’intérêt, c’est-à-dire à l’égoïsme, qui est la motivation principale de l’être humain. C’est pourquoi il est économiquement si efficace."

"Mon idée est que le sexe est foncièrement amoral : c’est pour ça qu’il nous trouble tant. Que nous dit en effet la morale ? Qu’il faut traiter l’autre comme une personne, prendre acte de sa dignité, bref, comme dit Kant, le traiter comme une fin et non comme un moyen. Sauf que, sexuellement, traiter l’autre (ou s’offrir à lui) comme un moyen de jouissance, profaner en quelque chose sa dignité, lui manquer de respect, ce n’est peut-être pas moral, mais qu’est-ce que c’est bon !"

"Nous sommes passés, au fil des siècles, d’une erreur à une autre, de la culpabilisation à la banalisation. L’Occident chrétien a longtemps considéré le sexe comme le mal, le péché, le diable. Nous en sommes heureusement sortis. Mais à partir des années 1960, on a eu tendance à considérer la sexualité comme un loisir innocent. Or jouir du corps d’un autre ne peut jamais être tout à fait anodin. C’est en quoi l’homme est « un animal érotique », pour reprendre les mots de Bataille : il n’y a érotisme que là où il y a transgression, donc interdit, donc morale, donc culture. À l’inverse, les animaux ont une sexualité innocente, donc sans érotisme. Si nous sommes les seuls animaux à nous cacher pour faire l’amour – c’est le cas même chez les peuples qui vivent nus –, c’est qu’entre l’animalité de la sexualité et l’humanité de la morale, il y a bien une tension. C’est pourquoi la sexualité est si troublante, si forte, si délectable. Les bêtes ne savent pas ce qu’elles perdent !" 

Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Sam 21 Avr 2018 - 12:27




Maurice Munzinger
Revenir en haut Aller en bas

usualmixtape

avatar

MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Sam 21 Avr 2018 - 18:47




Revenir en haut Aller en bas

Hagakure


MessageSujet: Re: Tempérament Nerveux
Lun 30 Avr 2018 - 13:45

Je comprends pas bien le rapport... Attends, peut-être qu'avec Ivar le Désossé... les os, Saturne, tempérament Nerveux !! bigsourire
Revenir en haut Aller en bas
 

Tempérament Nerveux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers:  


Les News



" Et Si ! ... "

Le tout nouveau bouquin d'ARKANIA est
~News~
~Vidéos~
~Musique pour Relaxer~